Obsolescence programmée

L’obsolescence programmée est le concept selon lequel un bien est conçu et produit dans l’optique qu’il ne restera attrayant, utile et fonctionnel que pour une durée limitée.

Lorsqu’on fait le tour de la question de la vaccination en se référent aux conclusions de nombreux scientifiques hors plateaux TV, nous comprenons, sommairement que ces produits (vaccins à ARN Messager et à ADN messager) sont toxiques et altèrent gravement le système immunitaire. Basés sur une technique innovante, ces vaccins usent d’un mécanisme qui repose sur l’introduction dans l’organisme d’une séquence de protéines (ARNm/ADNm), capable de s’introduire dans nos cellules. Cet ARNm ou ADNm va donner l’instruction à nos cellules de produire la protéine Spike (aussi appelée protéine S), l’un des marqueurs du SARS-CoV-2. En plus, ces vaccins  contiennent de l’oxyde de graphène qui agit en tant que transporteur idéal et efficace du produit injecté. Pour ces chercheurs et scientifiques, ces produits vaccinaux finiront par détruire le système immunitaire naturel sans toutefois venir à bout de cette pandémie. Ils donnent l’alerte mais leur avis n’est pas pris en compte par les décideurs de la politique de santé publique. Ils préconisent que les personnes vaccinées finissent par dépendre du vaccin pour pouvoir retrouver une immunité perdue à jamais et l’expliquent par ce rappel déjà à une troisième dose alors que le semestre n’est pas encore terminé. 

Si cette approche s’avère juste (à chacun de faire l’effort de se documenter auprès des fournisseurs eux-mêmes d’abord et auprès des spécialistes n’ayant pas de conflits d’intérêts avec les laboratoires), nous sommes en face d’un phénomène que nous avons vécu et continuons de le vivre à savoir l’obsolescence programmée des systèmes d’exploitation (OS, Windows et Androïde) que nous devons continuellement mettre à jour. Dans le cas d’abstention, plusieurs nouveaux logiciels et drivers de périphériques ne fonctionnent plus. Une pénalisation qui nous rend fous de rage. 

Mais là ce n’est pas d’un ordinateur ou d’un smartphone qu’il s’agit, mais de notre propre corps, en chair et en os.

J’espère que je divague, vu que je n’ai plus d’abonnement pour regarder les programmes télé qui, certes, m’auraient aidé à voir plus clair. D’ici là, j’appelle ces mêmes scientifiques, en plus de leurs messages d’alertes, de trouver une solution alternative (Open source) pour contrer cette obsolescence et sauver des millions de personnes déjà vaccinées.

NB: Ceci est une fiction. Toute vraisemblance à la réalité n’est que (pire) coïncidence.